75 % des consommateurs de cannabis de l’Ontario achètent toujours au marché noir – Extract Magazine


L’OCS (Ontario Cannabis Store) a récemment publié son rapport d’analyse annuel pour l’année 2019-2020 détaillant les produits les plus populaires, la répartition totale des ventes et une variété d’informations sur l’industrie ontarienne que vous pouvez vérifier par vous-même ici.

Dans le rapport, il est noté que depuis 2019, les ventes légales de cannabis en Ontario ont du mal à attirer des clients sur le marché illicite. En 2019, il a été estimé que le marché noir représentait 81% de toutes les ventes de cannabis dans la région, tandis que les dispensaires de cannabis nouvellement légaux en ligne et au détail ne capteraient que 19% des clients de cannabis.

Cette année, l’OCS rapporte qu’entre 2019 et 2020, les ventes légales de cannabis ont atteint 25,1% dans cet article de Bloomberg, suggérant une augmentation de 6% par rapport à l’année dernière, à peine 0,4% au premier trimestre 2020.

Il est intéressant de noter que bien que l’OCS rapporte que près de 75 % des ventes dans sa région tendent vers le cannabis illicite, Statistique Canada continue de rapporter que partout au Canada que le % total des ventes de cannabis attribuées aux détaillants sans licence reste autour de 40 % ou 3,86 milliards de dollars. Il s’agit d’un écart de 35 % entre l’Ontario et le pays dans son ensemble, nous pensons donc que vous voudrez peut-être prendre toutes ces estimations avec un grain de sel.

Dans n’importe quel contexte, si nous considérons la règle 80:20 qui suggère que 80 % des revenus proviennent de vos 20 % de clients les plus importants, nous pouvons supposer que les 20 % des consommateurs de cannabis les plus importants restent là où ils étaient avant, et ce 40 % à 75 Le pourcentage de consommateurs de cannabis représente une part massive du PIB du cannabis en Ontario et dans d’autres provinces du Canada.

Les problèmes de qualité reçoivent peu d’attention

Depuis que le cannabis légal est arrivé au Canada, le prix et la qualité du cannabis atteignant les détaillants légaux ont été remis en question, et il est clair que l’objectif principal des provinces est de réduire les prix, car le rapport aborde une fois l’assurance qualité.

Le rapport aborde le respect des normes de Santé Canada avec les produits Cannabis 2.0 et l’amélioration de l’étiquetage sur l’emballage pour des statistiques plus précises. Ceux-ci sont importants – mais ne devraient pas être un objectif pour les producteurs, ils devraient être une évidence pour opérer sur le marché légal. Les problèmes de qualité qui sont des sujets brûlants pour les acheteurs du marché illicite se concentrent sur les produits eux-mêmes, et non sur les normes de Santé Canada ou l’emballage.

En ligne sur les réseaux sociaux, la conversation sur l’assurance qualité a tendance à migrer vers quelques sujets, la taille des bourgeons, un manque de curing approprié, des bourgeons secs et une variété de discussions liées à la culture. A partir de novembre, le prix point semble être la cible de changement au niveau du dispensaire et de la distribution. Le rapport de l’OCS comprend également une brève information détaillant le fait qu’ils ont découvert que des consommateurs de cannabis au Canada achèteront les produits s’ils sont perçus comme répondant aux normes de qualité de ce consommateur pour un prix spécifique.

Autres mentions notables

Selon le rapport de l’OCS, le taux de retour des produits a plus que doublé, passant de 147 à 314 au cours du dernier trimestre de son exercice en 2020. Cela a été attribué au lancement de nouveaux produits de cannabis 2.0 sur le marché.

Les fleurs séchées ont dominé les ventes de tous les produits à base de cannabis avec plus de 5,5 millions de grammes sur le site Web OCS.ca et 22,3 millions de grammes dans les magasins de détail. Les huiles, les pré-rolls, les produits comestibles et les vapes en deuxième ligne, tandis que les boissons, les concentrés, les topiques et les graines ont vendu beaucoup moins d’unités.

Leave A Comment