Entrée d’huile de chanvre supprimée du catalogue de matières premières de l’UE


L’entrée d’huile de chanvre est supprimée du catalogue européen des matières premières pour aliments des animaux, tandis que les définitions d’huile de graines de chanvre et d’ensilage de chanvre sont incluses. Le catalogue comprend désormais également une entrée pour les produits à base de chanvre dérivés de n’importe quelle partie de la plante, à l’exception des sommités fleuries.

Le Comité permanent des plantes, des animaux, des denrées alimentaires et des aliments pour animaux (SCOPAFF) de la Commission européenne, représentant les gouvernements et les autorités publiques de l’UE, a discuté des entrées dans le catalogue européen des matières premières pour aliments des animaux. En conséquence, les entrées ont été mises à jour.

Comme indiqué par l’EIHA dans leur newsletter, les États membres ont décidé d’adopter une approche de précaution en particulier en ce qui concerne l’huile de chanvre, afin d’éviter la commercialisation de matières premières pour aliments des animaux ayant un éventuel effet fonctionnel. Par conséquent, tous les produits issus des sommités fleuries, des fleurs, des bourgeons et des fleurs sont exclus du Catalogue.

La mise sur le marché et l’utilisation des aliments pour animaux sont réglementées au niveau de l’UE par le règlement 767/2009. Ce règlement établit le Catalogue comme un outil pour améliorer l’étiquetage des matières premières pour aliments des animaux et des aliments composés pour animaux. Il vise à faciliter l’échange d’informations sur les propriétés du produit et à répertorier les matières premières pour aliments des animaux de manière non exhaustive. L’utilisation du Catalogue par les exploitants du secteur de l’alimentation animale est volontaire. Cependant, le nom d’une matière première pour aliments des animaux figurant dans le Catalogue ne peut être utilisé qu’à la condition que toutes les dispositions pertinentes du Catalogue soient respectées.

L’entrée nouvellement incluse pour les produits à base de chanvre dérivés de n’importe quelle partie de la plante, à l’exception des sommités fleuries, est très générale et large, conclut l’EIHA. Le tableau comparatif des entrées avant et après les modifications est disponible ici.

Le sujet sera discuté plus avant dans le groupe de travail sur les aliments et les compléments alimentaires le 7 octobre.

Page Web sur le chanvre

De plus, le chanvre a désormais sa page sur le site Web de la Commission européenne, que l’EIHA salue comme une nouvelle étape vers la normalisation complète de la plante en tant que culture agricole en Europe et une plus grande visibilité pour le secteur.

Selon la Commission européenne, la superficie consacrée à la culture du chanvre a considérablement augmenté dans l’UE, passant de 19 970 hectares (ha) en 2015 à 34 960 ha en 2019 (une augmentation de 75%). Au cours de la même période, la production est passée de 94 120 tonnes à 152 820 tonnes (une augmentation de 62,4 %). La France est le premier producteur, représentant plus de 70 % de la production de l’UE, suivie des Pays-Bas (10 %) et de l’Autriche (4 %).

Compte tenu de l’intérêt croissant pour la fibre de chanvre, la Commission proposera une stratégie européenne globale pour les textiles durables visant à créer un modèle économique circulaire plus durable, innovant.

En outre, sur sa nouvelle page web, la Commission déclare que seules les graines décortiquées servent d’aliments pour la consommation humaine, tandis que les graines entières devraient être utilisées comme aliments pour animaux.

L’amélioration de l’efficacité énergétique dans le secteur du bâtiment jouera un rôle clé dans la réalisation de la neutralité carbone d’ici 2050, un objectif défini dans le Green Deal européen. Le chanvre peut jouer un rôle important pour atteindre cet objectif, déclare la Commission.

Le chanvre pourrait être utilisé pour produire du papier, reconnaît la Commission. L’utilisation de fibres de chanvre pour fabriquer du papier présente de multiples avantages : les tiges de chanvre ne prennent que cinq mois à mûrir, le papier ne nécessite pas nécessairement de produits chimiques de blanchiment toxiques et il peut être recyclé sept à huit fois.

Quant aux produits CBD, la Commission les place dans la section «Autres utilisations», reconnaissant l’intérêt pour la production et la commercialisation en raison de ses multiples utilisations dans les cosmétiques, la santé et l’alimentation. La Commission reconnaît la décision de la Cour de justice de l’Union européenne, qui a déterminé que la commercialisation de CBD produit légalement est autorisée en vertu du droit de l’UE.

Revu par Sasha Bajilo, fondateur d’ILESOL Pharmaceuticals, un producteur à l’échelle industrielle de produits et de formulations à base de CBD. Expert sur la politique du chanvre/cannabis, membre de la commission de réglementation du ministère croate de la santé pour le cannabis médical.

Leave A Comment