L’huile de cannabis pourrait-elle réduire le cancer du poumon?


Le cannabis aide-t-il à traiter le cancer ? C’est une question qui fait l’objet de vifs débats depuis des décennies. Les partisans du cannabis d’un côté prétendent que oui, tandis que d’autres prétendent qu’il n’y a aucune preuve médicale suggérant le contraire. Cependant, un article récent dans l’édition d’octobre 2021 du British Medical Journal (BMJ), examine le cas curieux d’un patient qui a refusé un traitement conventionnel contre le cancer du poumon et a choisi de s’auto-administrer du cannabidiol.

Le cancer du poumon est le deuxième cancer le plus courant au Royaume-Uni et les traitements conventionnels modernes incluent ; chirurgie, chimiothérapie, radiothérapie, immunothérapie et médicaments anticancéreux ciblés. Malgré les progrès des traitements contre le cancer, les taux de survie au cancer du poumon restent faibles, autour de 15 % à 5 ans après le diagnostic. Le temps moyen qu’on s’attend à ce qu’une personne qui refuse le traitement vive après un diagnostic est de 7,5 mois.

La patiente présentée dans l’étude de cas BMJ est une femme dans les années 80 qui est allée chez le médecin avec une toux persistante, et après une enquête qui comprenait des scans a été diagnostiquée avec un cancer du poumon non à petites cellules. Le patient a une maladie pulmonaire obstructive chronique légère et un fumeur actuel qui fume un paquet de cigarettes par jour depuis 68 ans.

Après de longs entretiens avec ses cliniciens au cours desquels on lui a présenté des informations sur tous les résultats probables, la patiente a refusé la radiothérapie au motif qu’elle avait vu son défunt mari souffrir des effets secondaires, elle a également refusé une lobectomie. Les médecins ont décidé de placer le patient sous ce qu’on appelle une surveillance « veiller et attendre ».

À l’insu de ses médecins, elle a décidé de prendre Huile de CBD deux à trois fois par jour. Ses médecins ont continué à la surveiller avec des tomodensitogrammes réguliers et, sur 2,5 ans, ils ont observé que le cancer du poumon diminuait progressivement, passant de la taille initiale de 41 mm en juin 2018 à 10 mm en février 2021. Une réduction globale de 76% au maximum diamètre axial, qui est en moyenne de 2,4 % par mois sur la période de 2,5 ans.

Son cas a été porté devant l’équipe multidisciplinaire locale (EMD) en février 2019 lorsque les médecins ont été surpris de voir la réduction de la taille de la tumeur étant donné qu’elle avait refusé le traitement conventionnel. C’est à ce moment que la dame a admis avoir pris 0,5 ml de Huile de CBD oralement régulièrement 2-3 fois par jour, sur la suggestion d’un membre de la famille. Le fournisseur du traitement sans licence a informé l’équipe clinique que les principaux ingrédients étaient le THC à 19,5 %, le CBD à 20,05 % et le THCA à 23,8 %.

Le fournisseur a également révélé qu’il avait conseillé à la patiente de ne pas prendre le médicament avec des aliments ou des boissons chaudes, car cela pourrait la « se sentir défoncée ». La patiente a signalé aux médecins qu’elle avait un appétit réduit depuis qu’elle a pris le Huile de CBD. Elle a déclaré qu’il n’y avait eu aucun autre changement dans son alimentation ou son mode de vie, y compris qu’elle avait refusé d’arrêter totalement de fumer du tabac au lieu de passer à un paquet par semaine.

Le rapport indique : « Nous sommes conscients des limites de ce rapport de cas. Nous ne sommes pas en mesure de confirmer tous les ingrédients de l’« huile de CBD » que le patient prenait ou de fournir des informations sur le ou les ingrédients pouvant contribuer à la régression tumorale observée. Bien qu’il semble y avoir une relation entre la consommation d’« huile de CBD » et la régression tumorale observée, nous ne sommes pas en mesure de confirmer de manière concluante que la régression tumorale est due au fait que le patient a pris de l’« huile de CBD ».

« Les traitements contre le cancer existants pourraient avoir des effets secondaires graves, à la fois physiquement et mentalement. C’est pourquoi notre patiente a opté pour un autotraitement non conventionnel. Le nombre limité de rapports de cas semble montrer que « l’huile de CBD » peut avoir des effets positifs sur la réduction des tumeurs. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour identifier le mécanisme d’action réel, les voies d’administration, les dosages sûrs, ses effets sur différents types de cancer et tout effet secondaire indésirable potentiel lors de l’utilisation de cannabinoïdes. Le potentiel d’utilisation des cannabinoïdes comme alternative pour augmenter ou remplacer les traitements conventionnels contre le cancer primitif justifie définitivement des recherches plus poussées. »

Le potentiel d’utilisation des cannabinoïdes comme alternative pour augmenter ou remplacer les traitements conventionnels contre le cancer primitif justifie définitivement des recherches supplémentaires.

Si les résultats sont encourageants, les spécialistes n’ont pas tardé à se montrer prudents. Professeur David Nutt, l’estimé neuropsychopharmacologue spécialisé dans la recherche de médicaments affectant le cerveau, a donné son avis au Science Media Center, « Ceci est l’un des nombreux cas prometteurs d’auto-traitement au cannabis médical pour divers cancers. De tels rapports de cas sont biologiquement crédibles étant donné la nature adaptogène du système endocannabinoïde. Un rapport de cas en lui-même n’est pas suffisant pour prouver qu’une chose a causé l’autre – nous avons besoin de procès pour cela. Certains essais contrôlés ont déjà commencé et d’autres sont nécessaires pour explorer correctement le potentiel du cannabis médical dans une gamme de cancers.

Les résultats de cette étude de cas sont à la fois intéressants et passionnants, mais il convient de noter qu’ils sont basés sur une étude de cas d’une seule personne dont aucune conclusion solide ne doit être tirée. Les détails scientifiques des ingrédients contenus dans le médicament de la patiente ne sont pas complètement connus, pas plus que le calendrier de son auto-administration. Il est fortement conseillé à tous les patients atteints d’un cancer du poumon de consulter leur médecin avant de commencer tout traitement.

Leave A Comment