La présence policière dans les festivals de musique entraîne des « overdoses de panique »


Une récente étude australienne publiée dans Drug and Alcohol Review hcomme constaté que la présence de la police dans les festivals de musique peut conduire certains participants à une « overdose de panique ».

L’étude, dirigée par des chercheurs de la St Vincent’s Clinical School de l’Université de NSW, a interrogé les festivaliers de six grands festivals de musique australiens qui ont eu lieu entre novembre 2019 et mars 2020.

1 229 participants ont été invités à remplir eux-mêmes une enquête anonyme sur leur consommation de drogue et les comportements à risque associés. Les comportements identifiés comprenaient la double chute (consommation de deux doses ou plus de MDMA à la fois), le mélange de stimulants (consommation d’alcool à plus haut volume parallèlement à la consommation de drogues) et le préchargement (consommation de toutes leurs drogues avant d’entrer dans le festival).

Sur les 1229 participants, 30 % ont consommé ou prévu de consommer de la drogue au festival. Parmi ceux qui consomment de la MDMA, près de 50 % ont signalé une double chute. Les personnes consommant des drogues pour la première fois étaient trois fois plus susceptibles que les utilisateurs réguliers de consommer de l’éthanol en plus grande quantité en plus de la consommation de drogues. Peut-être moins surprenantes ont été les conclusions selon lesquelles les hommes étaient également plus susceptibles d’adopter des comportements à risque plus élevé.

Les résultats de l’enquête sur les types de drogues consommées ne sont pas surprenants La MDMA a été signalée comme la drogue de choix la plus couramment utilisée. 77% de ceux qui ont déclaré avoir consommé de la drogue ont déclaré en avoir consommé ce jour-là ou avaient l’intention de le faire. D’autres drogues, dont la cocaïne, le cannabis, le LSD/l’acide et la kétamine, ont également été enregistrées.

Les résultats de cette étude appellent à un changement d’approche de la surveillance des drogues et de la culture policière dans les festivals et les grands événements. Un résultat alarmant de l’enquête a indiqué que la présence de la police et des chiens policiers influença la consommation de drogue, les consommateurs augmentant les chances de décider de consommer toutes leurs drogues avant d’entrer sur le site afin d’éviter d’être pris.

Cette étude appelle à un changement de la surveillance des drogues et la culture policière dans les festivals et les grands événements.

Dans 2017 britannique Le festival de musique Creamfields a publié une série d’affiches d’avertissement avant l’événement.

Mais plutôt que de « pousser » les festivaliers à s’abstenir de consommer de la drogue, cela a provoqué la peur et la panique chez les primo-toxicomanes, en particulier. Les résultats de l’enquête suggèrent que cette approche policière pourrait inciter les individus à consommer toutes leurs drogues avant d’entrer sur le site. L’alarmisme chez les jeunes festivaliers peut finir par faire plus de mal que de bien.

Adam Waugh, équipe de soins de santé senior de l’organisation de contrôle des drogues et de réduction des méfaits The Loop, déclare : « il existe un certain nombre de mesures que les sites pourraient envisager s’ils souhaitent améliorer la sécurité des clients. Il a été démontré que le contrôle des drogues réduisait la consommation de drogues à haut risque. Les événements devraient envisager d’investir dans une formation de sensibilisation aux drogues pour leur personnel et de fournir des équipes de protection sociale expérimentées et correctement financées. Ceux-ci sont tous susceptibles d’être plus efficaces que les chiens renifleurs, ce qui peut en fait augmenter la probabilité que les personnes prennent des drogues de manière plus risquée. »

Redistribuer une partie de l’argent investi dans la surveillance des drogues et la police et le canaliser vers les services de tests de sécurité des drogues et de réduction des méfaits serait potentiellement une mesure plus sûre et plus intelligente pour protéger les festivaliers.

Leave A Comment